Presse

La fabrication à façon :

un secteur dynamique

 

S’il est un des secteurs qui ne semble pas globalement connaître la crise, c'est bien celui de la sous-traitance de produits cosmétiques. Bien que challengé par une concurrence étrangère tirant les prix vers le bas, l'hexagone n'hésite pas à jouer sa carte du « Made in France », gage de qualité et de rigueur, pour se différencier et continuer à séduire. 

 

Le Made in France séduit

 

Une mise à jour perpétuelle des équipements de production d'autant plus nécessaire, que la concurrence étrangère s'organise. « Si nous étions challengé au niveau des prix par des faiseurs d’Europe du sud d’Espagne ou d’Italie, on observe l'arrivée de nouveaux concurrents dans les pays de l'est. La Pologne, la Bulgarie ou la Roumanie s'équipent et se positionnent progressivement sur le marché », remarque Grégoire Tutenuit, dirigeant de Pôle Cosmétique. Une montée en puissance que constate aussi Bertrand Lasserre, directeur général adjoint de Thépenier Pharma : « Nous suivons de près les pays de l’Est, la Pologne et la République Tchèque en particulier, sans pour autant être particulièrement inquiets, car aujourd’hui ces acteurs jouent essentiellement sur le coût de la main d'œuvre et proposent principalement que des services de conditionnement. Par contre, ils pourront devenir de sé- rieux concurrents si, dans les dix ans à venir, ils acquièrent nos savoirfaire. À nous de conserver un train d’avance en anticipant sur l’automatisation de nos lignes, la rigueur de notre organisation industrielle et l'innovation de nos formules, produits et services ». Et c'est certainement par cette carte du « Made in France », que les sous-traitants pourront jouer leur va-tout. « C'est un critère clé pour nos clients à l'export. Nous travaillons, par exemple, avec des marques premium au Moyen-Orient, qui sont rassurés par le gage de qualité qu'un soustraitant comme le Groupe Arthes peut leur offrir », note Fabien Trentesaux, directeur commercial du Groupe Arthes, qui réalise 65 % de son CA à l'international. Reconnus pour leur technicité, les produits bleu-blanc-rouge séduisent par leur qualité et performance. « C'est en se positionnant sur des soins à haute valeur ajoutée, que notre activité gardera tout son sens. Car notre métier est tout sauf de la standardisation. En cela, il faut distinguer la formule de la galénique », commente Marie-Christine Clerc. Un constat qui a poussé le lyonnais Alpol Cosmétique à pérenniser son offre dans les domaines du sélectif et de l'institut et à poursuivre sa croissance vers l’univers dermo-cosmétique : « C'est clairement sur ce type de produits, effi caces, objectivés et adressés à des marques premium, en pharmacies ou en sélectif, que nous avons réussi à asseoir notre image », explique Sabrina Ethève-Colson. Une stratégie payante puisqu’entre 2013 et 2014, le sous-traitant a enregistré une croissance de 32 %. Positionnement similaire chez Thépenier Pharma. Filiale du groupe japonais Nippon  Shikizai (au CA  2015 de 13 M€ pour le sous-traitant contre 50 M€ pour la maison mère), « notre expertise dans l’industrie pharmaceutique et notre héritage nippon de l’excellence opérationnelle nous offre un avantage concurrentiel certain, notamment auprès des marques dermo-cosmétiques et premium. Car nous sommes reconnus pour l'originalité de nos formules, la qualité des matières premières utilisées pour dé- velopper les produits de nos clients et la fi nesse de nos textures », note Tsuyoshi Hasuo, son pdg. Mais en se rapprochant d'une qualité pharma, les prestataires se voient dans l'obligation d'investir en certifications et agréments, notamment destinés aux dispositifs médicaux et OTC. Fort de ses nouveaux propriétaires, Evaliance, sous-traitant historique d'Yves Rocher (qui représente encore aujourd'hui 45 % de son CA), se veut ambitieux sur ce point  : «  jusqu'à présent, Evaliance se reposait sur ses acquis et le confort que peut apporter une signature comme le groupe Rocher, explique son nouveau président Pierre Garcin (ancien dirigeant/fondateur des Laboratoires BEA). En lançant un grand chantier de certifi cation : BPF Iso 22 716, Ecocert/Cosmos et OTC pour 2016, nous affi chons clairement notre volonté de nous ouvrir à des marchés internationaux ». 

 

Expression Cosmétique n°37

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Thepenier Pharma & Cosmetics