Ouest France

Cosmétiques. À 110 ans, Thépenier Pharma est en pleine forme

Fabienne GÉRAULT.

La cure de jouvence porte ses fruits. L'entreprise Thépenier Pharma, créée en 1907 près d'Orléans et rachetée en 2000 par le groupe Nippon Shikizai, redéveloppe ses activités.

Une filiale en région Centre

« Nous avons acquis Orléans Cosmetics pour développer l'activité de maquillage. C'est un rachat qui pourrait en augurer d'autres. » Bertrand Lasserre, directeur général de Thépenier Pharma, se réjouit de cette acquisition réalisée en janvier. L'entreprise, créée en 1985 et située à Saint-Cyr-en-Val dans le Loiret, est spécialisée dans la fabrication de maquillage et de produits parfumés.

Un rachat stratégique

« Orléans Cosmetics emploie trente-cinq personnes et réalise deux millions de chiffre d'affaires, précise le directeur. Elle a un positionnement sur le marché qui permet d'envisager une croissance rapide de son chiffre d'affaires ».

Le savoir-faire de la PME orléanaise cadre avec celui de la maison-mère, le groupe japonais Nippon Shikizai qui a racheté Thépenier Pharma en 2000.

Trois activités distinctes

À Saint-Langis-lès-Mortagne, la pharmacie, créneau historique de l'entreprise créée en 1907, représente toujours 60 % de la production. « La cosmétique blanche - crèmes, laits, gels, lotions... - et le maquillage se partagent à égalité les 40 % restants », ajoute Bertrand Lasserre. À Saint-Langis, deux bâtiments hébergent séparément les activités colorée et blanche. « Les poudres de maquillage ont vocation à migrer à Orléans. Courant 2019, tout aura été transféré. »

Une profonde restructuration

Thépenier Pharma a accompli une véritable mue ces quatre dernières années. « Pendant une dizaine d'années, Nippon Shikizai a maintenu Thépenier Pharma à flot », explique le directeur. Puis, un nouveau président a été recruté : Tsuyoshi Hasuo, un haut dirigeant japonais francophile, diplômé de l'Essec.

Sa mission : mener une restructuration profonde pour faire face à une situation économique et financière critique. « Une démarche complexe, observe Bertrand Lasserre. On a très peu licencié, mais l'entreprise a été réorganisée sur tous les plans. »

Des gains de productivité

« Entre 2012 et 2016, la productivité a été multipliée par plus de deux », constate Bertrand Lasserre. Il faut dire que de gros investissements ont été réalisés. En quatre ans, plus de six millions d'euros ont servi à transformer le site de Saint-Langis. 2 500 m2 de locaux de production, de stockage et de bureaux ont été aménagés. Des machines très performantes ont également été acquises pour la fabrication et le conditionnement.

Un personnel impliqué

Intérimaires compris, l'entreprise emploie l'équivalent de 110 personnes à temps plein. « Nous pouvons nous appuyer sur des salariés, pour la plupart, dévoués et volontaires, se félicite le directeur. Notre équipe renouvelée de managers très compétents est en phase avec notre projet, notre vision et la culture d'entreprise que nous promouvons. »

Un développement international

Thépenier Pharma compte une quarantaine de clients. Ces dernières années, la part internationale est passée de 20 % à 65 %. « On a généralisé la pratique de l'anglais dans l'entreprise », continue Bertrand Lasserre.

La PME a également fait un gros effort de communication. Aujourd'hui, elle est très présente sur la toile. « Notre site est très bien référencé et nous sommes actifs sur les réseaux sociaux. » Un positionnement indispensable en 2017.

Le chiffre d'affaires progresse depuis 2014

L'entreprise réalisait en moyenne 9,5 millions de chiffre d'affaires depuis le rachat en 2000. En 2016, il a atteint 14,5 millions. « Notre objectif est d'arriver à 25 millions en 2020, pour atteindre un premier palier vers la taille critique », souligne le directeur général. Avant, estime-t-il, « l'entreprise ne se connaissait pas bien, rencontrait des difficultés à positionner son offre sur le marché. » La priorité a été de « nous recentrer sur notre coeur de métier. »

Aujourd'hui, Thépenier Pharma investit en priorité sur les produits topiques, y compris le shampooing, et la sphère ORL, en particulier l'hygiène buccale.

« Multiplier le chiffre d'affaires par trois en sept ans est un vrai challenge, analyse Bertrand Lasserre. Mais, c'est le prix à payer pour pérenniser notre activité sur un marché ultra-concurrentiel. Nous allons donc poursuivre notre politique d'investissements d'automatisation pour achever de restaurer la compétitivité de l'entreprise. »

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Thepenier Pharma & Cosmetics